Tout savoir sur l’assurance Dommage - Ouvrage

L’assurance dommage ouvrage, rendue obligatoire par la loi du 4 janvier 1978 (loi Spinetta) dès lors que vous faites construire une maison, couvre les éventuels dommages causés à l’ouvrage (la construction) à la suite d’éventuelles malfaçons, et ce pendant 10 ans à compter de la réception de la maison.

Le rôle de l’assurance dommage ouvrage


Rembourser le maître d’ouvrage (le propriétaire) des éventuelles réparations à réaliser sur votre maison et entrant dans la garantie décennale (10 ans). La compagnie d’assurance se retournera ensuite contre le constructeur responsable , conformément aux articles 1792 & 1792-2 du code civil.
Les désordres relevant de la garantie décennale sont ceux « qui compromettent la solidité et l’étanchéité d’un édifice, ou le rendent impropres à l’usage auquel il est destiné » (art 1792 code civil), à savoir le gros œuvre, la charpente, les escaliers, les canalisations, mais également par extension, les vérandas, les ravalements de façades, la toiture…
Les dommages concernés seront des fissures importantes dans les murs, un affaissement de plancher, un effondrement de toiture, mais également des infiltrations d’eau dans le logement suite à une fissure extérieure, une rupture de canalisation….

L’assurance dommage ouvrage doit être fournie par le constructeur. S’il n’est pas en mesure de le faire, vous pouvez alors saisir le bureau central de tarification (11 rue de la Rochefoucault, 75 424 Paris cedex 9) qui lui imposera de vous fournir cette assurance. La sanction pour le professionnel s’il contrevient à cette obligation peut aller jusqu’à 6 mois de prison et 75 000 € d’amende.

L’assurance doit être souscrite dès la date d’ouverture du chantier, conformément aux articles 242-1 & 243-8 du code des assurances.

Cette assurance prend le relais de la garantie de parfait achèvement (qui dure 1 an après la réception des travaux) et débute donc au terme de la 1ère année pour s’achever en même temps que la décennale, la 10ème année.


Son coût varie selon la compagnie d’assurance qui la délivre mais également du « profil du constructeur », et de sa réputation : un constructeur qui aura eu plusieurs sinistres sur une période donnée sera plus cher à assurer.

C’est un peu l’équivalent du "bonus - malus" de votre assurance auto. C’est une indication factuelle que votre futur constructeur doit vous donner.
Son coût dépend également du volume et de la nature des travaux réalisés. Son tarif varie entre 3% à 6% du coût de la construction, mais peut être beaucoup plus important (jusqu’à 10%) en fonction de la difficulté de l’ouvrage ou de la construction.
En général c’est votre constructeur qui vous propose cette garantie car il a négocié les prix et les garanties avec l’assureur, mais vous pouvez tout à fait faire jouer la concurrence en comparant les tarifs de différentes compagnies d’assurance.

Quand et comment faire intervenir l’assureur ?


Deux cas d’intervention sont possibles :

pendant les travaux :

• le chantier est abandonné ou bien des défauts de constructions sont déjà visibles,

• à la réception des travaux ou pendant les dix années suivantes, des défauts sont apparus sans que le constructeur n’intervienne. Vous devez alors vous rapprocher de l’assureur.

Essayer au préalable de régler la situation avec le constructeur. Si cela n’aboutit pas, alors vous devez déclarer le désordre à la compagnie d’assurance en :

utilisant l’imprimé mis à votre disposition par l’assureur, en indiquant le numéro de police du contrat d’assurance, les noms et adresse du propriétaire du logement assuré, la date de réception ainsi que la date d’apparition des dommages
décrivant la nature des dommages avec précision
précisant si vous avez pris des mesures d’urgences et lesquelles
envoyant le dossier en lettre recommandée avec AR


Cas particuliers :
1. Si votre maison est située dans un lotissement, les parties communes et les équipements collectifs sont gérés par une Association Syndicale Libre qui se chargera de faire la déclaration pour les sinistres apparus sur les parties communes.

2. Dans le cas d’une copropriété il s’agira du syndic.

3. Enfin, si vous avez acheté votre maison en « seconde main », vous bénéficiez de l’assurance dommage ouvrage du 1er acquéreur. Le contrat doit obligatoirement vous être remis lors de la vente, exigez le (ou faites baisser le prix si absence de contrat).
Au delà du risque pris de ne pas contracter une assurance dommage pour vous même, sachez qu’il sera indiquer dans l’acte de vente le jour où vous souhaiterez mettre en vente cette maison l’absence de dommage ouvrage, ce qui aura pour conséquence une probable moins valeur sur votre bien.

(source : www.netassurances.com)

 

Garanties Définitions Exemples

 

Dommages avant
réception
Dommages matériels en cours de chantier subis par les travaux réalisés par l’artisan ou son sous-traitant Apparition de fissures sur la façade, effondrement charpente

Responsabilité décennale

Obligation faite au constructeur au cours des 10 années suivant la réception de répondre des dommages qui compromettent la solidité de l’ouvrage ou son utilisation Infiltration d’eau en toiture 18 mois après la réception, fissures sur la façade 8 mois après réception, décollement parquet 7 mois après réception

Garantie de bon fonctionnement des éléments
d’équipement dissociables

Obligation faite au constructeur au cours des 2 années suivant la réception de réparer ou remplacer les éléments d’équipement dissociables inaptes à remplir leur fonction Plusieurs convecteurs électriques cessent de fonctionner 18 mois après réception, voilage d’une porte vitrée intérieure 5 mois après réception

Responsabilité pour dommages matériels
intermédiaires

Dommages affectant les éléments constitutifs de l’ouvrage et survenant après réception, qui résultent d’une faute du constructeur commise pendant les travaux, sans porter atteintes à la solidité de l’ouvrage Fentes apparues au plafond 20 mois après la réception, fissurations dans le crépi apparues après 3 ans

Responsabilité pour dommages matériels
aux existants par répercussion

Dégâts causés après réception aux existants lorsqu’ils ont subi un dommage résultant directement de l’existence ou du comportement de l’ouvrage. la construction d’un garage adossé au bâtiment provoque l’apparition de fissures sur le balcon, 1 an après réception

Responsabilité pour dommages immatériels consécutifs

Privation de jouissance d’un droit, interruption d’un service ou perte de bénéfice perte de 2 mois de loyer par le propriétaire de l’appartement ayant subi un décollement de parquet
Responsabilité civile du chef d’entreprise
avant ou après réception des travaux
Obligation faite au constructeur de répondre civilement des préjudices causés à autrui par lui même ou l’un de ses préposés ou du fait de ses travaux. 2 ans après la réception des travaux chute d’un balcon mal scellé, en cours de chantier incendie provoqué par un chalumeau.
Constructeurs régionaux
voir aussi

Les chiffres de la construction à fin janvier 2015

Dans son dossier chiffres & statistiques du mois de février, le Commissariat au Développement Dura

Voir la fiche

Tout sur le contrat CCMI

Signature du contrat de construction de maison individuel : que vérifier avant de signer ?

Voir la fiche

Quel contrat de construction choisir ?

Faire construire une maison individuelle sur un terrain que vous possédez déjà ou que vous êtes

Voir la fiche

Décrivez votre projet

Simulez votre construction

Téléchargez le guide


Assurance construction : Assurance Dommage Ouvrage - Choisirmoncontructeur.com
Envoyer